< Retour

Un retournement dans le domaine de la sécurité : Stora Enso

Le site finlandais de production de pâte, de papier et de bois Stora Enso Veitsiluoto prend à bras-le-corps ce problème avec DuPont Sustainable Solutions.

 

Pendant de nombreuses années, le fabricant finlandais de pâtes et papiers Stora Enso a enregistré des taux d’accidents avec perte de temps (LTA) en diminution constante. Les choses ont cependant changé en 2010. Premièrement, les performances de sécurité de son usine de Veitsiluoto ont atteint un plafond, les incidents ont ensuite commencé à se multiplier. Il n'y avait rien de dramatique que la société pouvait identifier. Les causes étaient communes : glissades, trébuchements et chutes, mais certaines avaient de graves conséquences. La société a remarqué que ce n'était pas seulement le nombre d'accidents qui augmentait, mais aussi leur gravité.

 

Après des mois d'incidents supplémentaires et une hausse de sa prime d'assurance, Stora Enso Veitsiluoto s'est rendue compte qu'elle ne pouvait pas continuer sur cette voie. Non seulement les incidents mettaient en danger ses employés, mais ils affectaient également les plans de recrutement, de financement et de développement du personnel.

 

Le directeur de l'usine, Juha Mäkimattila, a reconnu les éléments suivants : “... la sécurité fonctionnait davantage au niveau des systèmes. Elle n’a pas vraiment pénétré l’organisation et n'a pas vraiment touché les gens, mais a toujours été gérée en tant que problème secondaire. Bien que notre niveau de sécurité ait été supérieur à la moyenne de l’industrie finlandaise, elle était encore loin de l'objectif de Stora Enso ”.

 

L'usine a finalement décidé de faire appel à un spécialiste pour obtenir des conseils. Elle était consciente des améliorations de la sécurité réalisées par d'autres sociétés en collaboration avec DuPont Sustainable Solutions (DSS), une société de conseil en gestion de la sécurité du travail, et lui a demandé de procéder à une évaluation du site de Veitsiluoto.

 

Le responsable du projet DSS, Sami Karvinen, se souvient de ce qu'ils y ont trouvé : “L'usine avait mis en place un bon système de sécurité. La plupart des membres du personnel connaissaient les règles et ce qu’ils étaient censés faire, mais ils ne comprenaient trop souvent pas pourquoi les règles existaient. D'après ce qu'a pu voir DuPont dans ses nombreuses missions de conseil en sécurité, si les opérateurs ne peuvent pas comprendre les avantages immédiats des mesures de sécurité, ils s'écartent souvent des actions prescrites, par exemple pour accélérer le travail ou simplifier une tâche. ” DuPont avait trouvé une culture de dépendance à l'égard de règles dans lesquelles les employés ne pensaient pas à la sécurité pour eux-mêmes. DSS pensait que la voie à suivre était de développer une culture beaucoup plus indépendante en se concentrant sur la motivation et l'influence du comportement des personnes.

 

Impliquer les esprits

 

En 2013, Stora Enso Veitsiluoto a mis en œuvre un programme d'amélioration en coopération avec DSS appelé  “ Safer Veitsiluoto ”. Ce programme a été conçu par DuPont pour, d'une part, former la direction et tous ses responsables et, d'autre part, les stagiaires internes qui pourraient transmettre leurs connaissances à l'ensemble des 750 collaborateurs de l'usine. “ Ce fut un effort massif. Veitsiluoto était évidemment déterminée à changer les performances de sécurité”, a déclaré Karvinen. “En seulement sept mois, ils ont organisé 55 ateliers de formation internes, chacun réunissant entre six et 16 personnes. Cela fait presque huit ateliers par mois. ”

 

Monsieur Mäkimattila a participé à la formation des gestionnaires. “C'était très pratique. Nous avons beaucoup mieux compris les principes de base du leadership en matière de sécurité, et en particulier l'importance du comportement des personnes. ” Il a également estimé que la formation des employés dispensée par les formateurs internes de DuPont donnait à chacun une approche commune à la sécurité.

 

Les employés qui ont participé aux ateliers d’une journée ont été invités à réfléchir à leurs habitudes et leurs conditions de travail et à fournir des exemples de leur travail quotidien lors des sessions de formation. De cette manière, les formateurs et les employés pourraient aborder conjointement les problèmes spécifiques et développer des méthodes pour faire face aux enjeux futurs. Cela a également conduit à un dialogue sur la sécurité, qui a encouragé les employés à faire des suggestions, à fournir des commentaires et à s'engager dans le processus d'amélioration du niveau de sécurité.

 

Camilla Ahlblad, directrice de la SST chez Stora Enso Veitsiluoto, estime que la nouvelle équipe de direction de la sécurité et les objectifs de sécurité très clairs et très visibles ont eu le plus d’effet. “ Le programme de formation a posé les bases. Maintenant, nous devons maintenir la sécurité active par le biais d'activités quotidiennes, de communications fréquentes sur la sécurité, de marches de sécurité régulières, avec un système de récompense de sécurité interne et un engagement visible de la haute direction démontrant que la sécurité est une exigence essentielle à tous les niveaux. ”

 

La différence qu'une année peut faire

 

Un an, ce n'est pas beaucoup de temps pour réorienter la culture de la sécurité d'un site qui emploie 750 personnes. Alors, quels changements Stora Enso Veitsiluoto peut-elle constater ?

 

Aki Heinikoski, un opérateur de processus, décrit les objectifs antérieurs de la manière suivante : “Il est toujours difficile d’équilibrer les exigences de la production avec celles de la productivité et de la performance. ” Il constate une nette différence dans le temps consacré à la sécurité, mais remet en question le coût. “La moitié de notre temps de travail est maintenant consacré à la sécurité. Qu'advient-il du “vrai ”travail ? ”D'autres opérateurs ne sont cependant pas d'accord. Matti Soraranta précise : “Le changement lié à la fréquence des accidents, c'est agréable. Maintenant que nous devons écrire les choses et y penser, la sécurité reste dans votre esprit. ”L'assistant de gestion Soile Ollikainen a le même avis. “Désormais, la sécurité joue davantage un rôle de moelle épinière. C'est l'une des choses importantes de la vie. Cela ne s'applique pas seulement au travail, mais aussi à la maison ou dans la circulation. ”

 

Des faits avérés

 

Ces avis fournissent un aperçu du changement d'humeur et d'attitude envers la sécurité, mais cela se reflète-t-il dans les statistiques ? Mme Ahlblad dit que quatre shifts de travail sur cinq ont atteint leur objectif de sécurité. Dans l'ensemble, l'usine a enregistré une baisse du taux d'accidents avec perte de temps (LTA) de 28,5 par million d'heures de travail en 2012 à 5,3 par million d'heures de travail en 2013, soit une diminution de plus de 80 %.  “Les taux de fréquence TRI (Nombre total d'incidents enregistrables) ont également été réduits de moitié ”, explique-t-elle.

 

La haute direction a été très impliquée dans tout le processus, a participé aux enquêtes sur les accidents et a surveillé les indicateurs de sécurité sur une base mensuelle. Mme Ahlblad ajoute :  “DSS nous a aidé à clarifier le rôle que la direction doit jouer dans l’amélioration de la sécurité. Nous disposons maintenant d'outils clairs permettant de nous aider à discuter et à surveiller la sécurité. Nous avons une équipe de direction de la sécurité qui suit scrupuleusement les résultats en matière de sécurité. À mesure que les indicateurs de sécurité se sont améliorés, nous avons également constaté que la fierté et la satisfaction professionnelle des personnes avaient également augmenté. Un changement notable est également perceptible dans la propreté et l'ordre sur tout le site. Plus important encore, la gravité du type d’incidents a également considérablement diminué. ”

 

Pour Stora Enso Veitsiluoto, les efforts, le temps et les coûts investis dans l'amélioration du niveau de sécurité ont été récompensés. L'usine continue d'employer les outils mis en place avec DSS et organisera d'autres sessions de formation l'année prochaine, en faisant bien évidemment appel aux formateurs internes déjà expérimentés. Stora Enso a également mis en place un prix de la sécurité au sein de l'entreprise. Tous les employés peuvent faire partie d'une équipe. Sur 100 candidatures en 2013, Stora Enso Veitsiluoto a remporté le premier prix de la catégorie d'amélioration du leadership.

“DSS nous a aidé à clarifier le rôle que la direction doit jouer dans l’amélioration de la sécurité. Nous disposons maintenant d'outils clairs permettant de nous aider à discuter et à surveiller la sécurité. Nous avons une équipe de direction de la sécurité qui suit scrupuleusement les résultats en matière de sécurité. ”

Camilla Ahlblad, directrice de la SST, Stora Enso Veitsiluoto

Continuer le voyage

 

Les résultats obtenus par Stora Enso Veitsiluoto en un peu plus d'un an indiquent une évolution spectaculaire d'une culture de sécurité dépendante qui est en passe de devenir indépendante. Le site fait tout ce qui est en son pouvoir pour continuer dans cette voie menant à une main-d'œuvre interdépendante, dans laquelle les employés ne se préoccupent pas seulement d'eux-mêmes, mais aussi des autres. Stora Enso s'est fixée comme objectif de fournir à tous une formation de sécurité chaque année. Comme le dit M. Mäkimattila : “Le travail continue et ne peut pas s'arrêter. Notre objectif est zéro et sur la voie menant à cet objectif, nous avons l'objectif pour fin 2014 qui est un taux de taux d’accidents avec perte de temps (LTA) de 3.”  Regardez cet écart.

“ Le travail continue et ne peut pas s'arrêter. Notre objectif est zéro et sur la voie menant à cet objectif, nous avons l'objectif pour fin 2014 qui est un taux de taux d’accidents avec perte de temps (LTA) de 3. ”

JUHA MÄKIMATTILA, DIRECTEUR DE L'USINE, STORA ENSO VEITSILUOTO

Stora Enso est le réformateur mondial de l'industrie du papier, des biomatériaux, des produits en bois et de l'emballage. L'entreprise reconçoit l'ancien et élargit les nouveautés pour offrir à ses clients des solutions innovantes basées sur des matériaux renouvelables. Stora Enso emploie quelque 29 000 personnes dans le monde et a enregistré en 2013 un chiffre d'affaires de 10,6 milliards d'euros. www.storaenso.com